Grâce à la répétition du geste je renoue avec la tradition féminine et familiale de la broderie, du mouvement discret, quasi infime, grâce auquel j'observais s'évader l'esprit de ma tante, de mes grands-mères. Echappées de l'esprit mais gain d'une conscience corporelle autre. Positions inconfortables, crampes endurées avec délice. Il se joue ici quelque chose de l'ordre de la transe, de l'endurance, de la liberté. Je me demande en répétant ces micro-gestes des heures durant, s'il n'y a pas quelque chose de transgressif dans les sages activités de nos aïeules ? L'esprit est libre de vaquer où bon lui semble pendant que le corps dans une sorte de chorégraphie intérieure est ressenti comme sien.

Encre sur papier, 50 x 65 cm






Top