Extraits.
D'autres extraits sont visibles sur Vimeo.com

Diffusion : version intégrale : 88 mns,
ou multibandes


INOSTRANKA veut dire “étrangère”.
Je suis fille d’exilés russes. INOSTRANKA est le titre générique d’une recherche, à partir de l’histoire de ma famille, sur les thèmes de l’identité dans l’exil, de l’appartenance à un territoire, et sur “l’âme russe”: mythe? Invention littéraire ou réalité?
INOSTRANKA témoigne de la rencontre avec mon pays d'origine, grâce à ma caméra-compagne, alors que j'aborde et découvre pour la première fois notre terre mythique familiale,

"Tendue sur la corde raide, je funambule entre passé et présent, trainant derrière moi des milliers de fantômes aux noms imprononçables, je me noie dans leurs larmes et me blesse de leurs blessures. Ils m’ont précédés de cette terre immense et lointaine et je porte mon Atlantide au coeur de mon corps, au creux de mon âme, chargée de leur impuissance. Je les aime tous sans fin et sans fond et cet amour désincarné, sans visages, ou si peu, me soulève parfois des sanglots venant d’un autre temps, d’un autre monde. De quoi suis-je coupable? De rien que d’être née loin de là où j’aurais dû naitre, oùj’aurais dû planter mes racines et croitre et donner vie. Je porte en moi le regret, l’abscence, l’espoir éteint. Les fantômes de mes ancêtres ont été tirésde leur nuit, arrachés au repos qu’ils croyaient éternel et transportés tels des compagnons de Dracula en terre étrangère. Je les porte en moi et ils me demandent le repos. Ils me demandent pitié et je leur demande pitié – et que puis-je faire? Je suis moi aussi une étrangère.”

INOSTRANKA est un voyage, à la fois physique et intérieur.

Inostranka, extrait #2, Mon Atlantide from anya tikhomirova on Vimeo.


Inostranka, extrait #3, En Mémoires from anya tikhomirova on Vimeo.

 



Top